"Les gens font demi-tour", Le Soir en ligne du 27 juillet 2002

JEAN-PHILIPPE PETIT

©Rossel et cie

Franchement, on ne peut pas dire que le sort des Pygmées intéresse beaucoup de monde. Depuis de début du mois, on n'a fait que 1.600 entrées. Pour la plupart, les visiteurs font demi-tour quand on leur dit qu'ils ne verront pas l'exposition de papillons qu'on organisait les autres années. Le témoignage de la bénévole qui tient la caisse à l'entrée du domaine de Champalle est une démonstration. L' opération Pygmées comme on préfère l'appeler ici, ne fait pas recette.

Confirmation auprès de Louis Raets qui gère le domaine au nom de l'ASBL Oasis-Nature : On ne rentrera pas dans nos frais mais, comme prévu, une partie de la recette sera reversée à l'opération. Pour le reste, la contestation ne le déstabilise pas : Oui, il fallait faire venir les Pygmées ici. La preuve, maintenant, les gens vont réagir, en bien ou en mal, mais ils prendront conscience que d'autres gens souffrent et que personne n'a jamais rien fait pour eux.

Louis Raets reconnaît que les Pygmées se produisent à Yvoir sans contrat, mais en conteste la nécessité : Ils sont là en tant que représentants de leur peuple et pour ramener des choses chez eux.

Les représentants de l'association pour la promotion des actions humanitaires du Cameroun qui accompagnent les Pygmées tiennent le même discours : Ils sont là pour représenter la culture ignorée des Pygmées. S'il y a une loi qui interdit cela en Belgique, alors nous ferons nos valises.

Pour leur part, les Pygmées nous ont fait comprendre qu'ils n'étaient pas maltraités à Yvoir et qu'ils avaient bien choisi d'être là. Ils remarquent seulement, cette fois par l'intermédiaire de leur interprète, que ceux qui veulent les aider en manifestant savent bien qu'ils ont des difficultés en Afrique.

Retour Zoo humain en Belgique